Hot Bloggers
Recent Blogs
  • Public
    Family & Home -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    French Recipes Baked Tomatoes With Provençale Stuffing [img]https://www.ayitikonekte.com/PF.Base/file/attachment/2017/11/17f198962c46ed1df80b6426b71facc0_view.jpg[/img] 4 Servings 4 md tomatoes - unpeeled,cored, -pulp removed 1 T olive oil 3/4 c onions,Chopped 2 cloves garlic,minced 2 1/2 T fresh parsley,Chopped 2 t fresh basil,Chopped 1 1/2 t fresh thyme,Chopped 1/2 t salt 1/4 t black pepper 3/4 c bread crumbs 1/4 c plus 2 tablespoons Parmesan -cheese Heat the oven to 375F. Core tomatoes and scoop the insides out to leave whole shells. Heat skillet with oil to medium heat and saut onion and garlic for about 3 minutes. Stir in tomato, herbs and seasonings. Saut for about 4 minutes or until wetness evaporates. Remove from heat and stir in breadcrumbs and cup measure of the Parmesan cheese. Reserve the rest of the cheese for later. Stuff the tomatoes with the mixture and sprinkle evenly with the remaining measure of Parmesan cheese. Bake for about 15 minutes.
    Favorites Views
    Favorites Views
    Favorites Views
  • Public
    Family & Home -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    CONSEILS AUX POLITICIENS HAITIENS . VENDEURS DU PAYS, MECHANTS,SANS VISION, EXPLOITEURS , SANS PUDEUR . Sous le gouvernement de Préval en 2009 , on a fait des acquisitions des matériels lourds pour la construction de nos routes , savez -vous en accord , en complicité avec nos politiciens sans vergogne , sans scrupule , sans pudeur , des techniciens ont caché les matériels , alors que nos routes, nos rues sont encore en terre battue . Comme ils sont méchants . On a trouvé 4 usines d' asphalte abandonnées dans des sections rurales , le gouvernement de Mr Jovenel Moise et Lafontan vient de les recupérer pour doter le pays des routes alphaltées , changer le visage de nos rues ce , pour soulager les voyageurs , comme moi qui depuis 72 ans, utilise ce tronçon de route. Personne ne pipe mot. .Où étaient- ils nos politiciens pour dénoncer ce genre de choses ? ils se contentaient de soutirer de l'argent , ils ont lapidé les caisses de l'Etat . , Ils ont pillé l'argent de PETRO CARIBE , plus de 3 milliards de dollars sont gaspillés sans rien accomplir. Le peuple est la veritable victime .Nous devons dans un avenir pas trop lointain restituer cet argent gaspillé . Leurs enfants vivent en terre étrangère , ils étudient dans de grandes Universités , mais le gros peuple, toujours on le qualifie de la canaille . J'aimerais avoir une explication de mes mandants , messieurs les politiciens de mon pays , de mon Département . Vous , mes réprésentants du Nord Ouest , avez la parole . Depuis plus 200 ans , la route de Carrefour- Joff -Anse à Foleur se trouve dans un état piteux , c'est un enfer sur terre , un Golgotha , rien est fait . vous avez gardéle mutisme , à la Chambre , au Sénat, rien n'a été dit sur la route , on se contente de jouir le privilège de parlementaire . Rien de plus. Si le Gouvernement de JOVENEL juge necessaire d'installer ces usines un peu partout dans le pays , donnez-lui la chance de réaliser sa vision .. Que cessent les manifestations , je veux qu' à la fin du mandat de Mr jovenel , le Nord Ouest soit l'heureux bénéficiaire de cette route tant attendue, ce que des gouvernements avant lui ne pouvaient pas réaliser . Actuellement une de ces usines est en train d'être installée à la rivière l'Acule pour produire de l'asphate et construire la route Carrefour -Joff - Anse à Foleur .On a déja installé une à Camp Perrin pour les routes du Sud , elle est opérationnelle . Les habitants du Nord Ouest comptent sur vous , Excellence , leurs yeux sont fixés sur vous . Rendez notre joie parfaite . C'est notre désir , c'est notre attente et nous vous seront reconnaissants . VIVE LE NORD OUEST, VIVE PORT DE PAIX , VIVE HAITI
    Favorites Views
    Favorites Views
    Favorites Views
  • Public
    Family & Home -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    LA ROUTE DE GONAIVES -ANSE A FOLEUR . C'est une promesse de la part de mon Président , son Excellence Jovenel Moîse , Je me rappelle lors de sa campagne à la bibliothèque de l'ecole Etienne Saintil , mon école , en ma présence et devant les candidats de PHTK, le candidat Jovenel disait : Je connais tous les problèmes du Nord Ouest . Président je suis fatigué de rouler sur cette route infernale , route qualifiée de Golgotha , Il est temps de commencer avec la construction de cette route , le Nord Ouest attend beaucoup de vous . Nos rues sont toujours en terre battue , on doit faire quelque chose pour changer l'image de ma ville natale , pour transformer le Nord Ouest trop décrié , abandonné .Président . Je compte sur vous , je vous ai donné mon vote , j'ai encouragé des gens à vous voter ., . Rendez ma joie parfaite . Donnez -moi cette satisfaction de rouler sur une route asphaltée , de vivre dans une ville où nos rues sont asphaltées . Président jusqu'à cette presente minute , rien n'est fait dans ma ville , dans mon Département . La première Dame est de Port de Paix , elle a ses mots à dire pour retirer la ville dans cet etat où elle se trouve . Nous voulons doter la rentrée de Port de Paix d'un boulevard , baptisé Cappoix la Mort .Que dites -vous Président ? Je sais , son Excellence , que vous aimez cette ville où vous avez passé des années à y vivre . \ Avez -vous abandonné votre premier amour pour la ville de Port de Paix , ? Je crois que non . Mettez la ville en sentier . ! Mettez le Nord Ouest en valeur . ! Et l'histoire retiendra votre nom comme un président progressiste . VIVE PORT DE PAIX , VIVE LE NORD OUEST, VIVE HAITI[img]https://www.ayitikonekte.com/PF.Base/file/attachment/2017/11/580fed64452bbb2aa4b4006e68a2e381_view.jpg[/img]
    Favorites Views
    Favorites Views
    Favorites Views
  • Public
    Family & Home -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    BIOGRAPHIE DE TOBY ANBAKÈ TOBY, de son vrai nom Owen Martinez FAVA, est un jeune artiste haïtien évoluant dans le rap music; Né à Port-au-Prince, le 3 Novembre 1990, à l’hôpital Asile français. Trois années plus tard, à cause que son père Mr. Jean -Sylvestre FAVA, membre des Forces Armées d’Haïti à l’époque, a été transféré au cap haïtien, dans le cadre de ses services militaires; Owen a du quitter la capital pour aller vivre dans la deuxième ville du pays, ville originaire de sa mère, Mme Elizabeth LOUIS. De là est née sa passion pour la rythmique. Son penchant pour la musique lui a été insufflé particulièrement par sa tante, qui était choriste dans une église évangélique. Et très tôt dans sa jeunesse, ses talents d’artiste, jusque-là balbutiants, allaient se révéler au sein de la Choral enfantine de l’église adventiste de BÉTHANIE du cap haïtien. Surement il a hérité ses gènes de musicien de son grand père, (Toby), guitariste troubadour. Sa ressemblance hallucinante avec ce dernier lui a valu le sobriquet “TOBY” qu’il porte aujourd’hui comme nom d’artiste. Par pure coïncidence, Son cheminement dans le RAP reflète de très près le parcours musical de son grand père… On peut dire que TOBY est, ce qu’on pourrait appeler, un RAPEUR (TROUBADOUR). Depuis tout petit, à l’école primaire du Collège Le Phare, son côté poète allait se manifester. Il s’est mis à écrire des petits poèmes pour charmer les filles de sa classe. (Fieffé galant qu’il est…) Et très vite il se confirme comme un Street-poète lyrique, qui jongle avec des vers qu’il entonne nuit et jour sur tous les pavés de la cité CHAUVEL. Une carrière d’artiste qui se profile à l’horizon À l’âge de quatorze ans, alors qu’il était en neuvième année fondamentale au Collège Pratique du Nord; il s’est fait connaitre au grand public dans une prestation hors pair, lors d’un spectacle culturel: HOT SATURDAY, organisé par le comité central du Collège. Et ce jour, il était devenu la STAR de l’école. Sa popularité se hissait aux cimes du vedettariat. Et dès lors débute sa carrière d’artiste, puis s’enchainent une pléthore de prestations de quartiers en quartiers, de villes en villes. C’était le premier pas d’une belle aventure qui se renouvelle à chaque nouveau “SON”, à chaque nouveau “HIT” de la pépite du Cap. Le grand Nord, toujours réputé pour être un creuset de talents dans divers domaines, a vu s’épanouir la nouvelle étoile du rap-game haïtien. Valsé entre rêve d’enfant et son amour pour l’art de rue, TOBY a du bravé les interdits pour vivre sa passion. Nonobstant les contraintes érigées sur son parcours, tant par sa famille, trop religieuse pour accepter ce style; tant par la société, bien trop conservatrice pour s’ouvrir à une telle culture. Mais, il a su poursuivre ses rêves et porter très haut l’étendard d’une jeunesse assoiffée d’une liberté de penser, de faire qu’il exprime à travers ce chant lyrique rythmé de poésie, qui est le RAP. La route était longue et difficile, mais sa passion pour son art ne le cédait à rien… Sa détermination était payante. Se refusant de rester calfeutré dans une “starité” puérile, il peaufine nuit et jour son talent pour continuer de plaire à son public et tente, à sa façon et grâce à son “géni-rap-istique”, de hisser le RAP haïtien à un standard international. Quand la passion se fait profession… D’un hobby est né un véritable métier. TOBY, qui jadis rappait que pour plaisir, va trouver dans le rap un bon moyen de s’exprimer, d’extérioriser son idéal et de parler, à travers sa MUSIQUE, pour tous ceux qu’on écoute pas. Si avant il rappait que pour tuer le temps, dorénavant il rappe pour éveiller la conscience morte des gens. Avec son style unique, sa voix vibrante et pénétrante, son esthétique littéraire, son “FLOW” et ses “PUNCHLINES” TOBY impose un RAP qui trône, et qui détrône… Ce qui fait que tous les amateurs de rap (ou de simples mélomanes qu’ils puisent être); sont unanimes à reconnaitre que son talent résume toute la beauté du vrai RAP. Depuis ses premiers pas dans la street-music, Mr. VIBE SOU VIBE, comme le public le surnomme aujourd’hui; s’érige comme ” IL CAMPEONE” dans le rap-game. À seulement 17 ans, il était déjà connu comme le rappeur le plus talentueux du collectif CTMC: Collabo True MCs, avec lequel il est entré pour la première fois en studio et a enregistré un “HOT SOUND” titré: “SA PI CHO”. Son aventure avec ce collectif n’a duré que 2 ans (entre 2008 et 2010). Et lui, il a décidé de continuer sa route en solo. Et là, il a signé son tout premier “HIT” personnel: intitulé: “ANBAKÈ” dont le succès débordant a embarqué tous les fans du rap dans une espèce d’adulation sans fin pour le phénomène TOBY. C’est de là qu’est issu son AKA: TOBY ANBAKÈ. Le succès allait etre grandissant pour lui, et sa popularité avec.
    Favorites View
    Favorites View
    Favorites View
  • Public
    Family & Home -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    In Haiti, the Guédé (also spelled Gede or Ghede, pronounced [ɡede] in Haitian Creole) are the family of Loa that embody the powers of death and fertility. Guede Spirits include Ghede Doubye, Ghede Linto, Ghede Loraj, Guede Nibo and Guede Ti Malis. All are known for the rhythm and dance drum called "banda". In possession, they will drink or rub themselves with a mixture of clairin (raw rum) and twenty-one habanero or goat peppers. Ghede Festival is celebrated on November 2, All Souls' Day ("Festival of the Dead"). Boons granted by the Ghede will not be repaid by this date will be avenged afterwards. Guede Death and fertility Color Black, purple Festivals 2 November Greek equivalent Hades Roman equivalent Pluto Christian equivalent Holy Death Papa Ghede is the body of the first man who ever died. He is recognized as a short, dark man with a high hat on his head, who likes to smoke and eat apples. Papa Ghede is a psychopomp who waits at the crossroads to take souls into the afterlife. He is considered the good counterpart to Baron Saturday. If a child is dying, Papa Ghede is prayed to. It is believed that it will take a life before its time, and that it will protect the little ones. Papa Ghede has a very crass sense of humor, a divine ability to read others' minds, and the ability to know everything that happens in the worlds of the living and the dead. Another version of this is Papa Gé from Once On This Island. Brave Ghede is the guardian and watchman of the graveyard. He keeps the dead souls in and the living souls out. He is sometimes considered an aspect of Nibo. Ghede Bábáco is Papa Ghede's less known brother and is also a psychopomp. His role is somewhat similar to that of Papa Ghede, but he does not have the special abilities of his brother. Ghede Nibo is a psychopomp, an intermediary between the living and the dead. He was the first person to die by violence, so he is the patron of those who died by unnatural causes (disaster, accident, misadventure, or violence). He is the guardian of the grave of those who died prematurely, whose final resting place is unknown. His horses ("horses", possessed devotees) can give voice to the dead spirits whose bodies have not been reclaimed from "below the waters". Baron Kriminel ("Baron of Criminals") is the enforcer of the Guede. He was the first person to kill another (probably Nibo). As the first murderer, he is master of those who murder or use violence to harm others. Families of murder victims and the abused prayers to get revenge on those who wronged them. His "horses" have an insatiable appetite and will attack people until they are offered food. If they do not like them, they will get along and they'll be around until they are sated. He is syncretised with St. Martin de Porres, November 14th, the day after Fete Ghede. He is sacrificed black roosters that have been bound, doused with strong spirit, and then set alight. Grandma Brigitte ("Mother Bridget") is the wife of Baron Saturday. She is syncretized with St. Brigit, because St. Brigit is the protector of crosses and gravestones.[img]https://www.ayitikonekte.com/PF.Base/file/attachment/2017/11/79e069342120b381143b978b15f1cf8c_view.jpg[/img]
    Favorites Views
    Favorites Views
    Favorites Views
  • Public
    Family & Home -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    En Haïti, le Guédé (également orthographié Gede ou Ghede, prononcé [ɡede] en créole haïtien) est la famille de Loa qui incarne les pouvoirs de la mort et de la fertilité. Ghédé Doubye, Guédé Linto, Ghédé Loraj, Guédé Nibo et Guédé Ti Malis sont des esprits Guédé. Tous sont connus pour le rythme du tambour et la danse appelée "banda". En possession, ils vont boire ou se frotter avec un mélange de clairin (rhum brut) et vingt et un piments habanero ou de chèvre. Fête Ghede est célébrée le 2 novembre, jour des morts ("Festival of the Dead"). Les dons accordés par le Ghede non remboursés à cette date seront vengés par la suite. Guédé Mort et fertilité Couleur Noir, violet Festivals 2 novembre Équivalent grec Hades Équivalent romain Pluton Équivalent chrétien Holy Death Papa Ghede est le cadavre du premier homme qui est mort. Il est reconnu comme un homme court et sombre avec un chapeau haut sur la tête, qui aime fumer des cigares bon marché et manger des pommes. Papa Ghede est un psychopompe qui attend au carrefour pour emmener des âmes dans l'au-delà. Il est considéré comme le bon homologue du Baron Samedi. Si un enfant est en train de mourir, on prie Dieu. On croit qu'il ne prendra pas une vie avant son temps, et qu'il protégera les petits. Papa Ghede a un sens de l'humour très grossier, une capacité divine à lire dans les pensées des autres, et la capacité de savoir tout ce qui se passe dans les mondes des vivants et des morts. Une autre version de ceci est Papa Gé d'Once Upon This Island. Brave Ghede est le gardien et le gardien du cimetière. Il garde les âmes mortes et les âmes vivantes. Il est parfois considéré comme un aspect de Nibo. Ghede Bábáco est le frère moins connu de Papa Ghede et est aussi un psychopompe. Son rôle est quelque peu similaire à celui de Papa Ghede, mais il n'a pas les capacités spéciales de son frère. Ghede Nibo est un psychopompe, un intermédiaire entre les vivants et les morts. Il a été le premier à mourir par la violence, il est donc le protecteur de ceux qui sont morts par des causes non naturelles (catastrophe, accident, mésaventure ou violence). Il est le gardien des tombes de ceux qui sont morts prématurément, en particulier ceux dont la dernière demeure est inconnue. Ses chevals («chevaux», dévots possédés) peuvent donner la parole aux esprits morts dont les corps n'ont pas été retrouvés ou qui n'ont pas été récupérés «au-dessous des eaux». Le Baron Kriminel ("Baron of Criminals") est l'exécuteur du Guede. Il a été le premier à en tuer un autre (probablement Nibo). En tant que premier meurtrier, il est le maître de ceux qui assassinent ou utilisent la violence pour nuire aux autres. Les familles des victimes de meurtres et les maltraités lui demandent de se venger de ceux qui leur ont fait du tort. Ses "chevaux" ont un appétit insatiable et vont attaquer les gens jusqu'à ce qu'on leur offre de la nourriture. Si cela ne leur plaît pas ou prend trop de temps, ils mordront et mâcheront n'importe qui à proximité (ou même eux-mêmes) jusqu'à ce qu'ils soient rassasiés. Il est syncrétisé avec Saint Martin de Porres, peut-être parce que son jour de fête est le 3 novembre, le jour après Fete Ghede. Il est sacrifié coqs noirs qui ont été liés, arrosés d'un esprit fort, puis mis feu. Grand-mère Brigitte ("Mère Bridget") est l'épouse du baron Samedi. Elle est syncrétisée avec St. Brigit, peut-être parce que St. Brigit est le protecteur des croix et des pierres tombales.[img]https://www.ayitikonekte.com/PF.Base/file/attachment/2017/11/0b7e234fd5d2f73aa7461b2592875578_view.jpg[/img]
    Favorites Views
    Favorites Views
    Favorites Views
Most Favorited
  • Public
    Society -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    Elle est née le 28 juillet à Port-au-Prince Haiti, fille d’ un pasteur originaire des Cayes et sa mère de l’Anse à Veau . Elle est auteur-compositeur-interprète et agent de protocole, attaché au Kiosque du Ministère des Haïtiens vivant à l’Etranger (MHAVE) à l’Aéroport international TOUSSAINT LOUVERTURE. Rutshelle Guillaume a grandit dans un cercle religieux et fait ses débuts en musique à l’âge de 5 ans à l’église de Dieu de Boulard dirigé par le Pasteur Louis Destinval. A l’âge de 11 ans, elle commence à chanter dans la chorale *Cosmic Peace Mass Choir*, en 2007 toujours avec cette même enthousiasme elle s’ intègre au sein du groupe “REL”, une formation musicale composée pour la plupart de jeunes musiciens de l’Ecole Nationale des Arts (ENARTS). A part la musique, elle a fait aussi des études en Philosophie à l’ Ecole Normale Superieur de l’ Université d’ Etat d’haïti (ENS). Les études étant terminées, elle complète actuellement ses recherches en vue d’obtenir son diplôme de licence en philosophie, elle etait professeure de grammaire et de philosophie au Nouveau Collège Bird. Trajectoire musical C’est entre ses coopérations avec d’autres artistes comme Doc Filah « Trèv pou amoni », une chanson de son album « Akrilik sou twal rezon » – Eunide Edouarin dit (Eud), Aristor Oberson dit ( Dad Crazy) : « Fòk mwen fete », une chanson de leur album “ Limyè wouj” – Jean Bernard Félicien dit (Ouragan) et Valkency Décembre dit (K-libr): “ yon lide”, une chanson de leur album « Knock Out » pour ne citer que cela… que la chance lui sourit spécialement grâce à un duo réalisé avec le fameux chanteur BIC Roosevelt Saillant intitulé * mèsi ti chéri doudou * qui lui permettra de faire entendre sa voix. En 2012, elle rejoint l’équipe des production Yole Derose pour le projet « Haïti cœur de femme »Du coup, elle prend élan en 2014 avec son premier album titré: *Emotions* avec la participation de nombreux artistes parmi lesquelles James Germain, Emeline Michel, Stevenson Théodore, BIC et Fabrice Rouzier qui a produit son premier tube KITEM’ KRIYE et qui est vidéo-clipé. Rutshelle triomphe avrec sa voix et s’ impose sur la scène haïtienne. De nouvelles oportunités s’offrent encore à elle, elle chante en duo avec le rappeur Fantom “Mwen Bliye Kiyès mwen ye” sur le second album de Fantom, “Pouki w pat konprann mwen”(2014) et “Depi le w pa la”(2015) deux hits videoclipés. Elle fera la une partout et continuera sa route vers l’avant. En 2013, s’elargit son horizon internationalement, elle intègre le projet musical « Vwalye », soutenue par l’Union Européenne ayant pour but de faire connaitre les artistes en vogue. Cette même année, Rutshelle participe au Festival Compas de Miami où elle chante en solo mais également auprès de la diva Emeline Michele. Elle accompagne également son collaborateur BIC sur scène au festival Nuit d’Afrique de Montréal. En 2017,elle sort son tout dernier album * Rebelle* avec 11 titres dans laquelle le super clip (rendez vous au sommet). Vie Sentimentale Côté personnel, à travers la musique elle rencontre son époux, M. Walner O. Registre (Doc wor) band leader du groupe REL dont elle faisait partie et qui est le père de sa petite fille adorée (Ruth-Warly O. Registre). Quelques temps après elle fait la buzz avec son nouvel amoureux Roody Roodboy avec qui elle chante un duo videoclipé * Special*, la relation tourne mal et selon les rumeurs à cause d’ infidélité. En 2016, la chanteuse tombe sur les charmes de Stephan Vincent et vivent leur courte idylle. Malgré ses défaites en amour, Rutshelle Guillaume nomineé Top Female Singer liste parmi les voix féminines les plus écoutées et les plus charmantes en Haiti.
    Favorites Views
    Favorites Views
    Favorites Views
  • Public
    Society -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    Est une rappeuse, chanteuse et actrice Haïtienne. Née le 25 avril 1984 à Pétion-Ville, Haïti, où elle a grandit et passé toute son enfance, elle baigne dans la musique dès un très jeune âge. Elle évolue au rythme des années 80 et 90, et c'est le Rap Kreyòl (Haïtien) qui va faire bouillir son sang et l'incliner à participer au mouvement. Sa poésie prend la rue et elle s'illustre dans plusieurs émissions radiophoniques et dans plusieurs festivals de musique rap créole. Elle entame ainsi une carrière musicale qui se confirme avec sa participation sur une chanson de carnaval avec le groupe Tribu de Job en 2000. Elle n'avait que 16 ans à cette époque. Malgré l'opposition de sa mère, elle s'accroche à sa prose et continue de rimer pour se frayer une place dans le milieu machiste de la musique. Contre l'avis de son père, EUD, encore mineure, fait ses premières apparitions sur scène avec ses potes de la Tribu de Job, ensuite avec ASRAP sur « Ka madan Brino » en 2001, puis avec LIVE JAM pour le hit « Fanm se kajou » 2003. Un artiste polyvalent, son répertoire inclut plusieurs genres de musique comme le Rap, le R&B, le Soul, le World Beat, entre autres. Avec un regard captivant et un charisma d'une superstar internationale, elle avoue être influencée par des artistes comme Lauryn Hill et Manzè de Boukman Eksperyans. On peut remarquer ces influences à travers ses vidéos « Hey! » en 2006 et « Y'ap pale » en 2011, où elle s'exprime en femme sophistiquée et décomplexée dans son jeans bleu et tee-shirt. Possédant plusieurs talents, en 2007 elle devient co-animatrice de l'émission «W'a Rap » à la Telemax (Haiti). Artiste dans l'âme, elle pose sa voix unique aussi bien sur des projets ponctuels que sur des projets à plus long terme. Ayant participée à plusieurs projets pour le groupe Mystik703, EUD rejoint le groupe officiellement en 2009. Elle participe sur l'album Décennie de Mystik703 comme membre officiel juste avant d'effectué une tournée internationale avec le groupe en France, Belgique et quelques îles des antilles Francaises. Plus tard, elle fait sortir un album duo intitulé Limyèwouj, avec DED KRA-Z , son co-équippier de Mystik703. Limyèwouj est mis dans tous les bacs en Juillet 2011, et ensuite, le duo effectue une tournée internationale pour la promotion de l'album, livrant des performances aux Etats-Unis, en France et à Cuba en été 2011, et à Tokyo, Japon en novembre 2011. Tandis que son profile prend de l'envergure internationale, son influence grandissante en Haiti est de plus en plus évidente. En été 2012, EUD devient l'ambassadrice de l'Organisation des Nations Unies dans une campagne de sensibilisation contre la violence sur les femmes. En janvier 2013, elle est encore sélectionnée comme ambassadrice, cette fois ci par le Ministère de l'Environnement dans le cadre d'une campagne de sensibilisation de reboisement. Très appréciée au niveau mondial, elle est nominée en avril 2014 par Indies Live, une média dédiée à toute la culture caribéenne, pour la chanson «Ede m'» de son duo Team LimyèWouj. Ayant lancé un deuxième album intitulé Jou pa m' en 2014, le duo effectue une tournée nationale dans les villes de Jérémie, Cap-Haitien, et Petit-Goave notamment. Hors du pays, Eud, brille sur le plan international au cours de l'été 2015, accompagnée de son partenaire de scène Ded Kra-z, avec des prestations au festival Pop Montréal Festival à Montréal, Canada, suivi par le Denton Festival au Texas, USA et le festival youbloom en Californie, USA. Toujours bien habillée durant ses spectacles, Eud dévoile au grand public que sa famille lui confectionne toujours ses costumes de scène. Sous la demande aïgue de ses fans, en 2014 elle lance sa propre ligne de vêtements, EUD Collection, dans lequel on retrouve un fusionnement du tissue caribéen karabela et des tissus d'origine Africaine dans le but de mettre en valeur ces cultures respectives. Faisant un peu de tout, durant cette même période, elle décroche son premier rôle d'actrice principale dans le film Suspicion en 2015. En octobre 2015, sur sa terre natale, elle devient ambassadrice de la campagne “Kenbe tèt nou, kwè nan tèt nou” du Ministère de l'Education. Elle est ensuite selectionnée comme représentante nationale, en décembre 2015, par le Conseil Electoral Provisoire dans le cadre de leur campagne pour faire sortir le vote. De retour sur la scène internationale en mars 2016, EUD part en semi-tournée caribéene en Guadeloupe et en Martinique avec le fameux rappeur Congolais, Maître Gims, dans le cadre du Urban Festival. Tout de suite après, en avril 2016, elle traverse l'Atlantique à destination du Cap Vert pour donner une prestation remarquable au festival Atlantic Expo. Quelques mois plus tard, c'est le tour d'Admiral T, un grand artiste caribéen de renommée mondiale, de la mettre en vedette dans son vidéo intitulé «My Queen» qu'il a filmé en Haiti tout en mettant en évidence la beauté naturelle du pays. En avril 2017, EUD se rend en France comme l'invitée d'Admiral T pour participer dans l'impeccable concert de ce dernier à l'AccordHotels Arena de Paris (Bercy). Ainsi, EUD est la première et seule artiste Haïtienne d'avoir apporter le Rap Kreyòl (Haïtien) au grand arène de Bercy.
    Favorites View
    Favorites View
    Favorites View
  • Public
    Society -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    BIOGRAPHIE BIC Auteur-compositeur, le rappeur-slameur BIC (de son vrai nom Roosevelt Saillant), est un chanteur à textes. C’est un chansonnier qui manie avec talent l’art de la rime, navigue aussi bien sur des mélodies poétiques que sur des rythmiques colériques pour nous livrer une synthèse réussie entre rap et folk. Celui qui se destinait à une carrière d’interprète et qui a enseigné l’anglais dans différentes écoles de Port-au-Prince, est un jongleur de mots qui aborde le créole haïtien comme un filon inépuisable. Parolier reconnu, ses textes sont aujourd’hui étudiés dans les universités haïtiennes. Venu à la musique via le hip hop, il fait ses débuts sur scène en 2000 avec le groupe Flex. Il fonde ensuite, avec son compatriote John Mogène, le groupe BIC (pour Brain-Intelligence-Creativity), avec lequel il produit deux albums : Wow (2005) et Plus loin (2008). En 2010, il entame une carrière solo en gardant le nom de BIC et crée son label «Tizon Dife Recordz». Deux albums suivront: Kreyòl chante, Kreyòl konprann – vol. 1 (2010) puis Kreyòl chante, Kreyòl konprann – vol. 2 sous-titré Nou Byen mal (2012). Ses chansons traitent des problèmes de société, de façon réaliste et optimiste, avec le souci d’apporter, par la poésie, des messages positifs. Il dit ses espoirs pour son pays, l’amour et le besoin de l’autre, la conscience humaine qui peut encore s’élever… En près de quinze ans de carrière, BIC s’est imposé comme l’un des artistes incontournables de la scène musicale haïtienne, se produisant régulièrement sur les scènes d’Amérique du Nord. Le poète sait aussi être un artiste engagé. BIC met sa musique au service de son pays et multiplie les actions en tant qu’Ambassadeur de bonne volonté : de la Fédération Haïtienne de Basket Ball (depuis 2006), du SPEDH (Support Social pour les Enfants Démunis d’Haïti) et du CERFAS (Centre de Recherche, de Réflexion, de Formation et d’Action Sociale) depuis 2010, et enfin de la Francophonie en Haïti (aux côtés de ses compatriotes BelO et Jean-Jean Roosevelt avec lesquels il participe à la Caravane Francophone), depuis 2012. Lauréat 2014 du programme Visas pour la création de l’Institut français, BIC est en résidence à la Cité Internationale des Arts de Paris pour trois mois, durant lesquels il a finalisé son cinquième album « Recto-Verso ». Il participe à la tournée « Haïti un autre regard » en septembre et octobre 2014 en Belgique. BIC a participé aux éditions 2014 et 2015 du festival MaMA où il a rencontré des artistes et des producteurs qui lui seront utiles pour la suite de sa carrière. En octobre 2015, il se produit en concert en Arménie dans le cadre de la 31e Conférence Ministérielle de la Francophonie. BIC est intervenu pour partager son expérience avec les jeunes arméniens de l’école 48 qui est l’une des rares établissements scolaires d’expression française en Arménie. Toujours en octobre 2015, il est désigné par l’organisation Handicap International comme son porte-parole en Haïti notamment pour une promotion pour la sécurité routière. BIC a sorti de son dernier album VOKABI–LARI le 18 mai 2016 et fait actuellement une tournée nationale.
    Favorites View
    Favorites View
    Favorites View
  • Public
    Society -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    Qui ne connait pas ce jeune rappeur haïtien qui ne marche pas ses mots quand il s’agit de décrire la réalité des banlieusards? Peut-être que vous ne reconnaissez pas très bien son visage, mais durant ces trois dernières années, vous avez au moins entendu l’une de ses chansons dans un bar, dans une station de radio, dans un tap tap ou dans un party. De son vrai nom Francillon Francy, Black Boy est né à Delmas le 30 mars 1990, mais a passé toute son enfance dans la commune de Jérémie. Il a fait ses études primaires à Edner Etienne, pour boucler le cycle classique au Lycée Nord Alexis. Très jeune, il a été influencé par des groupes musicaux tels que: King Posse et Original Rap Staff. Dans la salle de classe, il avait l’habitude de copier les paroles des chansons des rappeurs populaires pour examiner leurs forces et leurs faiblesses. « Mais je n’ai jamais eu de modèle véritablement. J’ai tracé ma propre route, j’ai ma propre conception des choses » nous confie Black Boy. Après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, de retour dans le département de l’ouest, il commença son apprentissage en sciences juridiques qu’il abandonna aussi vite pour se concentrer sur ses activités musicales. Dans un premier temps, il faisait partie d’un petit groupe de son quartier connu sur le nom de « Public and me », pour ensuite fonder sa propre bande baptisée « Fighters » qui n’a malheureusement pas fait long feu. Après plusieurs tentatives ratées d’évoluer en équipe, il entama une carrière solo en disposant au marché musical haïtien plusieurs morceaux qui n’ont pas fait mouche. En 2013, il a écrit la chanson « Anwo a » et n’avait pas les moyens de la produire dans un studio d’enregistrement. « C’est une amie qui m’a donné une partie de l’argent et le frère de Fantom (Dutty) a accepté de l’enregistrer avec le peu que j’avais » affirme-t-il vaguement. Au début de l’année 2014, ce tube a connu un succès ahurissant dans le milieu musical. Plus de 110.000 écoutes sur le compte Soundcloud de l’artiste, sans oublier des dizaines de milliers de réactions sur les autres sites de musique. Peu de temps après, Dutty l’a intégré dans le mouvement « Rap Kreyòl mizik board », qu’il a vite abandonné puisque Black Boy n’arriva pas à évoluer comme il voulait. A la fin de l’année 2014, il publia « Echèk Se Ti Frè Rekòmanse », un tube social qui encourage les gens à ne pas abandonner et à faire plus d’effort pour atteindre leurs objectifs. Ce produit a eu un effet de viral en peu de temps et a réussi à atteindre toutes les couches de la société. Il dépasse la barre de 222.000 écoutes sur son Soundcoud et rend fou les compteurs des sites haïtiens populaires. « Avec la chanson Echèk Se Ti Frè Rekòmanse, je voulais apporter un peu de réconfort à tous ceux qui font face à la dure réalité du pays » affirme le jeune rappeur. « C’est normal de traverser ces épreuves difficiles, ce sont des étapes qui nous définissent. C’est notre histoire, notre référence » continue-t-il. En septembre 2016, il publia la chanson « Ou pa Kob antèman m » pour dénoncer les gens qui se concentrent et disent du mal sur la situation des autres. Un troisième hit qui jouait en boucle sur les Smartphones des jeunes et dans les véhicules de transport en commun. Pas moins d’une dizaine de remixes ont été produites avec ce morceau par des disc-jockeys et des chanteurs de Rabòday. Malheureusement le tube a été censuré par une grande partie des médias locaux avec causes des gros mots. En juin 2017, pour débuter les vacances d’été en beauté, Black Boy dévoile le tube « Sa e nan bouda w » pour dénoncer les vantards. Une chose est sûre, il ne l’a pas écrit pour attirer la presse, les vrais fans se trouvent dans les rues, dans les ghettos: « Wap mache diw gen bèl tenis, wap di mennaj mwen pa renmen m vre, chak ane ou chanje machinn… sa e nan bouda w ». Pari bien réussi pour le chanteur bien que la chanson soit un peu osée, mais c’est le hit de l’été 2017 Malgré les nombreuses critiques concernant son addiction pour l’alcool (tafia blanch), son tempérament de je m’en fou et ses excès de langage, Black boy trace petit à petit sa route dans une industrie musicale non structurée et remplie de préjugés. On le retrouve presque chaque soir dans les soirées de Dj et dans les championnats de vacances
    Favorites View
    Favorites View
    Favorites View
  • Public
    Society -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    Deuxième Lettre d’’Alexandre Sabès Pétion et complices à Christophe revendiquant le complot ayant abouti à l'assassinat de Dessalines. Général, la tyrannie est abattue avec la tête du tyran. Depuis le 17, nous sommes enfin libres : exemple frappant des révolutions opérées par le machiavélisme, et qui prouve qu'un peuple longtemps sous le joug, ayant encore sa force, a pu se laisser abuser pendant un temps par ceux qu'il croyait capables de le faire jouir du fruit de ses efforts, mais qu'il n'a jamais été possible de l'aveugler sur ses véritables intérêts, puisque des agitations sans cesse renaissantes annonçaient qu'il n'avait pas encore atteint le but qu'il s'était proposé, et au terme duquel seulement il serait possible de lui faire fermer le temple de la guerre ! Les principes que vous avez toujours professés et que vous avez eu le courage de communiquer aux généraux dans des temps de barbarie, où le souffle même était interprété et pouvait conduire les têtes les plus innocentes à l'échafaud, ont été le feu électrique dont la commotion vient de se faire ressentir d'une manière aussi forte, et qui a tout entraîné devant lui jusqu'au moment où Jean-Jacques Dessalines, notre commun oppresseur, a cessé d'être. La vengeance est opérée, et l'armée n'attend plus que votre présence pour concourir à la formation du pacte social qui doit nous lier, d'une constitution, enfin, où chaque citoyen trouve garantie pour sa personne et le droit sacré de propriété, émanée de la volonté générale, non telle que cet acte informe que nous venons de fouler aux pieds, fait dans le silence du cabinet, à l'insu de ceux qui y étaient intéresses, uniquement calculé pour flatter les caprices d'un seul homme, contraire par son texte même aux principes de toute liberté. Si longtemps abusés, nous avons juré de ne pas nous séparer que nous n'ayons vu proclamer le nouvel acte constitutionnel qui doit nous régir, que nous ne l'ayons approuvé et juré de l'observer, et que, semblables (sic) à l'usage des anciens guerriers, nous ne vous ayons reconnu publiquement pour chef du gouvernement et porté sur nos boucliers. Satisfaites à l'impatience de vos braves soldats, général, de tout un peuple assemblé, admirateur de vos vertus, et auquel, seule, manque votre présence dans ces moments d'allégresse. Au quartier-général du Port-au-Prince, 21 octobre 1806. (Signé:) ET. GÉRIN, PÉTION, YAYOU, VAVAL, généraux de brigade ; l'adjudant-général chef de l'état-major, BONNET MARION, VERRET, LACROIX, E.-V. MENTOR, adjudants-généraux ; FRANCISQUE, BEAUREGARD, WAGNAC, DIEUDONNE, LAMARRE, SANGLAOU, J.-L. MENTOR, BOURDETT, ERRIEN, METELLUS, GÉDÉON, colonels; ADAM, CADET, CANEAUX, BOYER, LEFRANC, LAFONTANT, BORGELLA, LÉVÊQUE, DELAUNAY, GIRAUD, CLERMONT, BORDE, chefs de bataillon ; CHERVAIN, commissaire des guerres, Source: SAINT-REMY, in Pétion et Haïti, page 159-160[img]https://www.ayitikonekte.com/PF.Base/file/attachment/2017/10/b144f5e8b07ebaa99597b7bc76e27e82_view.jpg[/img]
    Favorites Views
    Favorites Views
    Favorites Views
  • Public
    Society -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    Immigration Reform - An Enlightened and Progressive Approach to Crafting a Strategy for the 21st Century By Frederick R M Smith QC September 3, 2017 The Immigration Policy followed by successive governments has failed to produce the desired results. The domestic economy has not flourished as a result of strict control of the labor force. Undocumented migrants, primarily from northern Haiti, continue to arrive on Bahamian shores in significant numbers. Meanwhile, “Immigration enforcement” has devolved into little more than a vehicle for systemic corruption and exploitation; a political tool for the incitement of hatred, anti-foreign sentiment and nationalistic fervor. The consequences of this ill-conceived approach include the loss of hundreds of millions of dollars in annual revenue, the establishment of an entrenched culture of official corruption, the creation of a sub-class of marginalized citizens with all the attendant social challenges, and a myopic, stagnant economy. The time has come to accept that The Bahamas must make radical changes to its regressive Immigration Policy, learn from international trends and best practices, and begin to approach migration as not just a challenge but also an opportunity – a chance to effect positive social, economic, political and cultural change. Standardization The Immigration Act should be amended to outline detailed, explicit and non-arbitraray procedures for processing all applications, appeals and Review Board petitions; as well as firm deadlines for the consideration of citizenship, permanent residency, work permit and other status applications. In particular, everyone who is entitled to be registered as a citizen in accordance with the Bahamas Constitution should receive their certificate of citizenship within three months of application. Such an approach would accord with the provisions of the United Nations 2030 Agenda on Sustainable Development, which names facilitating “orderly, safe, regular and responsible migration and mobility of people” as one of the 10 goals for reducing global inequality. From Bahamianization to a thriving Bahamian economy The policy known as ‘Bahamianization”, in place for more than four decades, is in urgent need of replacement. Whereas once, a lack of access to basic education and the presence of skilled foreign workers were considered the main obstacles to citizens achieving prosperity, today the key challenges are overregulation, a shortage of cutting-edge skills in emerging industries and a stagnant domestic economy. While continuing to encourage and facilitate Bahamian access to domestic employment opportunities, the government should aggressively pursue policies that attract cutting-edge minds from around the world to live and work in The Bahamas. Possible target industries include: • Renewal energies and alternative fuels • Information technology and software development • Robotics and artificial intelligence • Data services • Public sector technology The benefits in terms of skills transfer and economic growth are well documented and various models for achieving this outcome already exist. In addition, a skills boost to industries such as renewable energy and public sector technology could help address some of the key development issues facing the Bahamas today. Such an approach would also accord with Article 29 of the 2030 Agenda, which recognizes the “positive contribution of migrants for inclusive growth” and the “multi-dimensional reality” of migration. Respect for Human Rights The Bahamas Immigration Act must be revised to explicitly provide for Due Process in all enforcement and punitive procedures in accordance with the provisions of Article 19 of The Bahamas Constitution and the standards established by the Inter-American Commission on Human Rights (IACHR). In cases where migrants must be detained, the conditions of detention and transportation should be drastically improved in every regard – living standards, hygiene, food quality, access to legal representation, etc. – to reflect a commitment to at least the minimum standards of basic human dignity as outlined by the UN Office of the High Commissioner for Human Rights (OHCHR). Attorneys and human rights advocates must be granted regular access to detained migrants and a clear, transparent and easily accessible process for identifying asylum seekers and swiftly processing their claims must be created. De-politcization Successive governments have employed Immigration ‘crackdowns’ with the clear aim of appealing to xenophobic tendencies in certain sectors of the population. It has also been the practice to withhold the grant of citizenship to those who qualify until politically strategic moments - i.e. the run-up to a general election. Standardizing the time frame for consideration of status applications would remedy this problem to some extent, however a great deal more needs to be done to rehabilitate the attitudes that both give rise to and are fed by the politicization of immigration. This includes: • The establishment of a permanent information and resource center for refugees and asylum seekers • Involvement of civil society in the caring for, housing and processing of migrants • Public education campaigns to alleviate fears about the presence of migrants in society / debunk myths about their social impact • Further research into impact of migrants on society in terms of healthcare, education, crime and employment. In the face of changing global migration trends, many countries today are struggling to combat the tendency to politicize immigration and stigmatize migrants. International cases could prove instructive for The Bahamas, for example this policy paper presented to the government of France by the advocacy group Humanity in Action. De-Criminalization Undocumented migration must be decriminalized and re-conceptualized as an administrative challenge rather than a law and order issue, in accordance with trends across the developed world. Offenses under the Immigration Act must remain in place, however these should be brought before an Immigration Tribunal which includes at least one member of the judiciary, as well as a qualified expert on asylum issues. Decriminalization of undocumented migration is an approach advocated by the OHCHR. All cases of alleged undocumented migration should be brought before The Tribunal as soon as is practicable for the setting of a hearing date. The Tribunal should also decide on the status and circumstances of the individual in the meantime, with detention considered a last resort in only the most extreme cases. More serious offenses, for example obtaining citizenship or other form of status by means of fraud, should continue to be adjudicated by the Courts. Of utmost importance is bringing an end to the long delays in processing of naturalization cases because of the presumption of fraud with regard to each application. It is inhuman and degrading to keep thousands of people waiting in limbo, unable to seek employment or even open a bank account. Alternatives to detention In order to avoid huge unnecessary expenses and the dehumanization of individuals, migrants suspected of arriving in the country without permission should be paroled into the general population and monitored by Immigration authorities. It has been repeatedly shown that detention; does not deter undocumented migration; is a continual drain on government resources; and poses a constant threat to a country’s international reputation through allegations of inhuman conditions, abuse and lengthy detention periods. At its most basic, an alternative system could involve: • The use of ankle bracelet monitoring • Release on bond with sureties from friends or family members More sophisticated alternatives to detention (ATD) are becoming increasingly popular around the world. The trend is based on a growing recognition that human liberty should be the norm and should only violated when absolutely necessary. Several countries have developed a number of fair, progressive and effective alternatives to incarceration for people who lack regular status. The Bahamas could learn from these examples and become a leader in the region and an example to other small nations around the world. Today there is some form of alternative to detention in more than 60 countries around the world and many are extremely successful with compliance rates well above 90% and voluntary participation by migrants across the board. Among the instructive examples for The Bahamas are: • Spain - Open reception centers for migrants with incentives to remain registered while being processed. A particularly progressive example is being set by the local government of the City of Madrid. • Turkey - Freedom of movement for migrants with regular reporting duties • Chile - Temporary legal status granted to migrants with monitoring Renewed focus on border control The politicization of immigration has led to exaggerated focus on the use of roadblocks and nighttime raids on existing migrant communities. Both practices contravene the law to the extent that they deprive those targeted of their constitutional right to freedom of movement, due process and protection from arbitrary arrest and detention. Many of those whose rights are abused in these illegal exercises qualify for or already enjoy some form of status in The Bahamas, yet thousands of these individuals are deported each year, or else held unlawfully in detention for extended periods of time. The victims of these exercises are in most cases migrants who have been in the country for some time, have put down roots and are active members of their community. They can be said to pose a negligible threat in terms of either national security or health risks, the two most urgent concerns regarding migrant populations in The Bahamas today. Immigration Enforcement strategies must therefore be updated to focus preponderantly on interdiction at the maritime border, where the reality of security and communicable disease risks is tangible, and far less on members of established communities who have long been domesticated. Certainly, all deportations of longtime residents and their children should cease until the considerable backlog of status applications has been cleared. Revocation of the November 2014 Immigration Policy The immigration policy imposed by Fred Mitchell and adopted by the former Christie Administration was unlawful, regressive and counterproductive, as detailed above. Along with the policy of aggressive raids and roadblocks, the government should immediately repeal two further provisions of this policy: 1. The Belonger’s Permit This instrument was to have replaced the Certificate of Identification, which for decades was relied upon by individuals born in The Bahamas who have a right to apply for Citizenship at age 18. It served both as an official form of identification and a valid travel document and was issued upon application with relatively little red tape. The Belonger’s Permit, on the other hand, is virtually impossible to qualify for, requiring a host of supporting documents which are often prohibitively expensive and very difficult to obtain. Nor does it qualify as a valid travel document. Indeed, it required children of migrants, born in The Bahamas and entitled to citizenship, to obtain passports of the countries of origin of the parents, even though they had no other connection to such country. This change in policy has left many children in the Bahamas without an official form of identification and placed some of danger of becoming stateless persons. 2. Mandatory proof of status for children The provision that children produce proof of their parent’s immigration status before being allowed to resister for school is a clear violation of the Education Act and the Constitutional right to be protected from discrimination. It is also contravenes the spirit of Goal 4 of the UN’s 2030 Agenda on Sustainable Development, which calls for access to lifelong learning opportunities for all. Benefits of reform A progressive and inclusive Immigration policy would greatly ease the many social challenges created by the alienation of migrant groups and their descendants living in The Bahamas. As it stands, marginalized populations are unable to contribute effectively to the social and economic life of The Bahamas; they exist as virtual outlaws in a system that is unwilling or unable to accommodate them. The efficient and timely regularization of these groups in accordance with the Constitution would allow them to open bank accounts, complete their education, buy property, open businesses, contribute to government revenue through taxes and the National Insurance Fund, and represent The Bahamas internationally in sports and academics. Meanwhile, creating a welcoming immigration atmosphere for top foreign professionals in emerging industries through the strategic liberalization of the Work Permit regime would do much more than simply create domestic jobs; it would also expand and diversify the basis of the economy while facilitating the transfer of invaluable skills and experience to the next generation of Bahamians. This effect has been thoroughly documented by the IMF, the OECD, and others. The FNM government, with its overwhelming mandate, is today in an ideal position to bring about a paradigm shift in the country’s approach to Immigration, thereby turning what has been a notorious source of internal division, a vehicle for corruption and a fiscal drain on the nation, into a key contributor to social cohesion and economic prosperity for the future.
    Favorites View
    Favorites View
    Favorites View
  • Public
    Society -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    BIOGRAPHIE DE ROODY ROODBOY Roody Petuel vit le jour à Port-au-Prince, le 27 juin 1988. Orphelin de père, brutalement enlevé à son affection au fort des troublants événements politiques de 2004, Roody est l’ainé d’une famille de 3 enfants. Il a grandi à Cité Militaire, bouillant quartier de l’aire de l’Aéroport international de Port-au-Prince où la vie est vécue sous tous ses aspects : sociaux, politiques, économiques, culturels et artistiques. La jeunesse dont Roodboy est un digne prototype, y est résiliente, combative, ingénieuse. Il effectua ses études primaires et secondaires dans des établissements qui, pour la plupart, ne disposaient pas de tous les moyens didactiques requis, mais qui ne se distinguent pas moins par l’excellence de leurs résultats aux examens officiels. Citons : les établissements Dominique Savio, le Collège Mixte Roger Anglade, le Lycée Toussaint Louverture. C’est son oncle, Mario Dauphin, qui l’initia à la guitare en 2005, au lendemain de la tragique disparition de son père bien-aimé. Cet instrument aux mille facettes devint tout de suite son cheval de bataille et une source de consolation, face à la détresse du départ inattendu du père. En 2008, Roody figura parmi les 10 finalistes du concours de musique « Digicel Stars ». On le retrouve comme 3ème finaliste du même concours deux ans après, ayant donc effectué le « parcours du combattant » pour remonter la pente en si peu de temps. A partir de cette prouesse, a débuté une carrière qui promet d’être longue et fructueuse. De concert avec Steve et Herby Azor,Roody Roodboy a lancé « Mizik Malè m » chez « Brothers dread production ». Et, pour viser les plus hautes cimes, roodboyvient de sortir « Pa Dekouraje », sa première musique en solo soumise à l’appréciation et à la délectation du grand public
    Favorites View
    Favorites View
    Favorites View
  • Public
    Society -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    BIOGRAPHIE DE ROODY ROODBOY Roody Petuel vit le jour à Port-au-Prince, le 27 juin 1988. Orphelin de père, brutalement enlevé à son affection au fort des troublants événements politiques de 2004, Roody est l’ainé d’une famille de 3 enfants. Il a grandi à Cité Militaire, bouillant quartier de l’aire de l’Aéroport international de Port-au-Prince où la vie est vécue sous tous ses aspects : sociaux, politiques, économiques, culturels et artistiques. La jeunesse dont Roodboy est un digne prototype, y est résiliente, combative, ingénieuse. Il effectua ses études primaires et secondaires dans des établissements qui, pour la plupart, ne disposaient pas de tous les moyens didactiques requis, mais qui ne se distinguent pas moins par l’excellence de leurs résultats aux examens officiels. Citons : les établissements Dominique Savio, le Collège Mixte Roger Anglade, le Lycée Toussaint Louverture. C’est son oncle, Mario Dauphin, qui l’initia à la guitare en 2005, au lendemain de la tragique disparition de son père bien-aimé. Cet instrument aux mille facettes devint tout de suite son cheval de bataille et une source de consolation, face à la détresse du départ inattendu du père. En 2008, Roody figura parmi les 10 finalistes du concours de musique « Digicel Stars ». On le retrouve comme 3ème finaliste du même concours deux ans après, ayant donc effectué le « parcours du combattant » pour remonter la pente en si peu de temps. A partir de cette prouesse, a débuté une carrière qui promet d’être longue et fructueuse. De concert avec Steve et Herby Azor,Roody Roodboy a lancé « Mizik Malè m » chez « Brothers dread production ». Et, pour viser les plus hautes cimes, roodboyvient de sortir « Pa Dekouraje », sa première musique en solo soumise à l’appréciation et à la délectation du grand public. Www.ayitikonekte.com
    Favorites View
    Favorites View
    Favorites View
  • Public
    Society -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    AK (AYITI KONEKTE ; Haitian:meaning Haiti Connects) is a Haitian-based online social media and social networking service. It is available in several languages but it is especially popular among Haitian-speaking users. AK allows users to message each other publicly or privately, to create groups, public pages and events, share and tag images, audio and video, and to listen to music and their own live radio station (Radio Ayitikonekte). They currently have their apps available For iOS and Android. Their primary domain is www.ayitikonekte.com
    Favorites Views
    Favorites Views
    Favorites Views
  • Public
    Society -Oct 28, 2017
    by - Oct 28, 2017
    - Oct 28, 2017
    Posted by - Oct 28, 2017
    [img]https://www.ayitikonekte.com/PF.Base/file/attachment/2017/09/d263fc877d0a8e9b4001f41a87152b97_view.jpg[/img] Apple prezante twa nouvo mak iPhone yè. Twa! Yo gen ladan iPhone 8 ak 8 Plus, ki gen processeurs ki pi vit ak pi bon kamera pase iPhone ane pase a 7 - e kounye a, ou ka chaje yo wireless (san fil). Epi gen iPhone X, yon smartphone ki koute $ 1,000 .
    Favorites Views
    Favorites Views
    Favorites Views
Hot Tags